BTS et DUT : pour qui ?

BTS et DUT : pour qui ? Compilation des échanges ayant eu lieu sur la liste de diffusion du 14 au 15 mars 2016 au sujet des directives concernant l’admission des bacheliers professionnels en BTS et des bacheliers technologiques en IUT

Bonjour à tous,
Je sors à l'instant d'une réunion au cours de laquelle notre proviseure nous a fait part de l'injonction très ferme de la ministre concernant les vœux des élèves sur APB. Le projet affiché depuis 2 ans "bac techno en DUT et bac pro en BTS" est en train de devenir un ordre.
Dorénavant, en ce qui concerne le Rectorat de Nantes, il est exigé qu'un élève de terminale technologique ait au moins un vœu DUT dans sa liste! Je ne connais pas encore les consignes qui vont arriver pour le recrutement en BTS mais je présume qu'elles seront tout aussi impératives.
Encore un petit effort et l'an prochain, il sera interdit à nos élèves de mettre un BTS en 1er vœu!
Et quand les BTS seront ainsi condamnés (ou en tout cas, une bonne partie d'entre eux), je suppose qu'on appellera cela une "grande réforme"...
Bonne semaine.
Philippe

Bonjour,
Quelques remarques concernant l'orientation post-bac :
 
A l'ordre du rectorat de Nantes: "... il est exigé qu'un élève de terminale technologique ait au moins un vœu DUT dans sa liste!...", une question : si un élève ne fait pas de vœux DUT, qui est fusillé, l'élève, le professeur principal ou le proviseur?
 
Plus sérieusement il faut remarquer que certains BTS industriels compte 100% de bac pro avec des taux de réussite de 70%. Donc dans certains cas c'est possible et l'on peut comprendre qu'une ministre qui ne fait aucune différence entre un BTS maintenance, chaudronnerie ou bio-analyses et contrôles puisse s'y perdre.
 
La question qui me parait importante à se poser concerne l'objectif de nos BTS. Est ce que ce sont des diplômes professionnels à l'issu duquel les étudiants entrent dans le monde professionnel ou est ce qu'ils remplacent les deux premières années universitaires avec une grande majorité d'étudiants qui poursuivent leur cursus?
Selon la réponse à cette question le niveau exigé en fin de BTS et donc le recrutement seront bien différents.
 
Il faudrait aussi se poser la question sur ce qu'est un technicien supérieur actuellement dans le monde professionnel. Ils n'ont certainement pas le même rôle qu'il y a 10 ou 20 ans. Le monde économique qui nous entoure évolue.... et l'éducation nationale?
 
Enfin lorsque les baccalauréats ont été réformés voici quelques années, on nous a vendus cette réforme comme un moyen d'élever le niveau des bacheliers technologiques pour qu'ils réussissent mieux dans leurs études supérieures. Il ne faut pas maintenant être surpris du discours ministériels qui souhaite diriger nos élèves vers les DUT.
 
En conclusion je ne suis pas d'accord avec les discours de nos différents ministres (le discours "les bacs pros en BTS et les bacs technos en DUT" date d'avant la ministre actuelle) mais par contre je pense qu'il est absolument impératif de faire évoluer les choses et ceux très rapidement pour rester en phase avec le monde du travail.
Cordialement.
Fabrice

Bonjour
 
je suis très étonnée de cet ordre d'exiger un vœu DUT car nous n'avons aucune consigne de ce genre sur l'académie de Strasbourg, du moins pas à ma connaissance. On ne peut pas obliger un élève à mettre un vœu DUT s'il n'en a pas envie. Pour notre établissement, l'essentiel de nos terminales s'orientent vers des BTS. J'ai lu il y a quelque temps un document du ministère précisant que chaque élève de terminal devait voir la validation d'un de ses vœux pour la rentrée 2016. Et comme les places sont limitées en BTS par rapport au nombre de postulants, c'est peut être une des raisons de cette demande mais à ce moment là elle aurait du être nationale.
 
Quant « aux bac pro en BTS » , tous les BTS ne leur sont pas adaptés, c'est une évidence.
 
Bonne journée et bon courage. Faisons au mieux pour nos jeunes !
Christine

Bonjour
 
Je ne vois pas comment on pourra "obliger" un élève à ne pas mettre en vœu 1 en BTS : les inscriptions sur APB sont personnelles.
 
En ce qui concerne les "quotas" cela se gère dans APB côté administration. Il semble que la politique nationale soit générale mais la déclinaison académique reste variable : sur l'académie de Poitiers (jusqu'à aujourd'hui : nous venons de changer de Rectrice qui était auparavant conseillère enseignement Sup auprès du 1er Ministre) : il y avait des recommandations en fonction des BTS pour atteindre les objectifs de la loi Fioraso :
  • BTS ayant des Bac Pro afférents ( Chaudronnerie, Indus...) mais aussi dans mon lycée SP3S et NRC : on devrait arriver à 50% de places réservées cette année dans APB ( 1 gp issu Bac Techno 30% - 1 issu Bac pro 50% - 1 issu Bac général).
  • BTS sans Bac Pro : exemple Assurance, ABM (je crois que c'est pareil pour BioAc), SIO-SLAM : pas de quotas bac pro mais un regard "bienveillant" en fonction du niveau et projets ressortant des dossiers : ceci ce traduit par :
    • Assurance : 2 Bac Pro sur 36 en moyenne chaque année
    • ABM : 1 Bac Pro sur 16 il y a 4 ans (LCQ)
    • SIO : 30 % de Bac Pro, généralement SEN
C'est, il me semble pour l'instant, une position "sage", celle de mettre en place le recrutement de Bac Pro dans nos BTS (au sens large) - avec un accompagnement spécifique notamment en Terminal Pro - mais de manière réaliste.
 
Bilan tout de même : globalement, les élèves de Bac Pro réussissent en BTS, parfois ce sont même des têtes de classes (SIO/SP3S), parfois en 3 ans (ABM). Par contre un certain nombre abandonne au bout de 3 à 4 mois aux vues du niveau d'exigence, de l'organisation, de l'autonomie (mais attention, nos Bac Techno ne sont "pas mal" sur ces items non plus !).
 
A noter : nous avons ouvert cette année une CPGE Economique et Commerciale en 3 ans spécifique aux bacheliers Pro : nous avons 7 élèves... et tous vont intégrer la CPGE EC Technologique : comme quoi, ça peut marcher, il faut leur laisser aussi la chance et l'opportunité.
 
Par contre, je m'arrache les cheveux (surtout pour les BTS sur lesquels ont ne peu pas faire de surbooking comme ABM) sur le nombre hypothétique de place à réserver pour les 10% meilleurs bacheliers, pour les mentions TB, etc....
 
Bonne journée à tous
Pierre

Bonjour,
 
c'est actuellement la fin des vœux sur APB (dernière semaine). Je vois mal comment en tant que professeur nous pourrions obliger un élève à mettre un vœu DUT s'il ne le souhaite pas (on a déjà parfois du mal à ce qu'ils expriment plus d'un seul vœu...). A moins que l'an prochain, un vœu DUT soit obligatoire comme un vœu Licence (non contingentée) pour les séries générales.
 
Nous travaillons avec nos élèves sur leur projet d'orientation pour que leurs études collent au plus près de leurs volontés et de leurs possibilités de réussite. J'ai certains élèves cette année qui feront des professionnels extras, ils sont rigoureux, sérieux et volontaires et pour autant ils ont des difficultés qui ne leur permettent pas de réussir sereinement un DUT. Ils se dirigent vers ce qui leur convient BTS en alternance, BTSA : une autre façon d'apprendre, ils deviendront des professionnels solides, certainement plus qu'en déprimant sur des mauvaises notes de contrôle continu théorique.... Pouvons nous encore parler de vœu APB si certains choix n'en sont pas?
 
Les passerelles, les facilitations de passage d'une formation à une autre sont des outils fabuleux pour des élèves qui ont tardé à se trouver, qui ont trouvé une ambition, un rêve, une maturité plus tard que les autres. Cependant, la massification ne répond jamais à mon sens à des problématiques individuelles.
 
Sindy

Ne faudrait-il pas que le Bureau de l'UPBM fasse un courrier circonstancié pour souligner l'absurdité de l'imposition de bac pro en BTS pour des filières qui n'en ont pas ? Il me semble que dans les nombreux propos échangés l'argumentaire sera facile à trouver.
 
Envoyer les BTS en DUT n'est pas aussi simple que cela : dans ma petite expérience j'ai pu constater en DUT hygiène sécurité environnement, un décalage considérable entre les bacs S et les bacs technologiques. Bien sûr c'est un DUT particulier, il serait donc intéressant que ceux qui ont des expériences plus récentes et sur du DUT AB de s'exprimer pour que l'on puisse avoir une image du devenir des bacs technologiques en DUT.
 
Bonne soirée
Jean-Noël

Bonsoir à tous,
 
Nos consignes sont de faire mettre des vœux universitaires (au moins 6 dont des licences peu demandées) pour être sûrs de ne pas se retrouver comme à la rentrée dernière avec de nombreux bacheliers sans affectations. Le message c'est qu'il vaut mieux envoyer des élèves vers une formation qui ne les intéresse pas mais où ils seront pris plutôt que de les sortir du circuit scolaire avec un bac.
Je signale que nous n'avons pas attendu les consignes pour conseiller lourdement à nos élèves qui demandaient des filières sélectives de prévoir la fac comme plan B.
 
En ce qui concerne la réforme, l'objectif était de renforcer les enseignements généraux pour permettre aux bac techno de mieux réussir à l'université. Je pense que le résultat n'est pas si mal car mes élèves ayant choisi la fac y réussissent, ce qui n'était pas le cas avant. En plus on peut recruter plus facilement si le débouché n'est pas limité aux BTS traditionnels des STL.
 
Je suis néanmoins choquée de voir que sur APB, après le message "choix d'orientation incohérent" aux quelques imprudents qui demandaient PACES, on découvre cette année un message indiquant que le taux de réussite des bac techno sur les vœux licences est de 6 %!
J'en ai assez de voir ces messages stigmatisant qui contredisent les consignes du ministère.
 
Enfin en ce qui concerne les bac pro, il existe des sections où les élèves font du labo donc se contenter de dire qu'ils ne sont pas adaptés à certains BTS, c'est tout aussi stigmatisant. Dire qu'ils n'ont pas le niveau, admettons, mais qu'est-ce qu'on met en place concrètement pour les amener au niveau?
Chez nous on vient de mettre en place un groupe de travail sur la passerelle bac pro BTS pour les sections Esthétique Cosmétique pour remédier aux échecs et aux abandons nombreux alors que, sur le papier, ça a l'air de faire partie des BTS accessibles aux bac pro.
 
Bon courage aux PP de terminales.
Farida

Bonjour à tous,
Pierre a écrit :
« ...en ce qui concerne les "quotas" cela se gère dans APB côté administration. Il semble que la politique nationale soit générale mais la déclinaison académique reste variable : Sur l'académie de Poitiers (jusqu'à aujourd'hui : nous venons de changer de Rectrice qui était auparavant conseillère enseignement Sup auprès du 1er Ministre) : il y avait des recommandations en fonction des BTS pour atteindre les objectifs de la loi Fioraso... » :
Non, désolé Pierre, ce qui n'était que des recommandations est devenu des sommations depuis février 2016. Les chefs d'établissement sont sommés de respecter certains quotas pour le recrutement dans les années à venir. Voici 2 liens très récents qui parlent de cela en reprenant les discours de la ministre.
BTS-DUT : Najat Vallaud-Belkacem durcit les quotas
La ministre de l’éducation nationale souhaite faciliter l’accès des bacheliers professionnels et technologiques aux STS et aux IUT.
http://www.lemonde.fr/universites/article/2016/02/03/bts-dut-najat-vallaud-belkacem-durcit-les-quotas_4858564_4468207.html
IUT et STS sommés de diversifier le recrutement des étudiants
Le gouvernement veut imposer des quotas pour favoriser l’inscription de titulaires d’un bac professionnel ou technologique
http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/03/02/iut-et-sts-sommes-de-diversifier-le-recrutement-des-etudiants_4874958_4401467.html#xtor=AL-32280270
Évidemment, ces quotas quasi-imposés ne sont pas très pertinents dans certaines filières voire même contre-productifs. La réflexion au niveau du ministère est venu du constat qu'avec la généralisation du Bac Pro 3 ans, on retrouvait davantage de Bac Pro à l'université que dans les BTS (où la sélection pratiquée favorisait les Bacs Gén & Techno). Donc le raisonnement simpliste fut de recommander puis d'imposer des quotas.
 
C'est peu pertinent et contre-productif pour plusieurs raisons :
1°) il n'y a pas forcément correspondance entre les BTS et les DUT que ce soit en quantité ou en qualité. Je rappelle qu'il y a 100 spécialités de BTS avec environ 260 000 places pour 20 spécialités d'IUT (avec c'est vrai quelques options) pour 120 000 places.
Les meilleurs exemples dans notre filière sont le BTS ABM, le BTS BioAc ou le BTS ME métiers de l'eau où les Bac Pro en lien sont hyper-rares ! Comment donc avoir une majorité (c'est à dire plus de 50%) de Bac Pro comme va l'imposer le ministère !?
Pour certaines filières ça marche bien mais pas pour nos filières STL et ST2S.
2°) on est en train, avec ces quotas, d'hypothéquer quelque chose qui marche bien par quelque chose qui marchera à la marge. C'est ridicule et ça peut pénaliser les lycéens issus de classes populaires. J'exagère ? Non.
Prenons l'exemple des ST2S qui veulent devenir diététicien. Il y a 3 façons d'accéder à ce métier : i) le BTS diététique ; ii) le DUT Génie Biologique option diététique en 2eme année ; iii) formation hospitalière de Diététicien.
Mes élèves de ST2S pouvaient accéder assez facilement au BTS diététique qui sont plutôt nombreux. Par contre, quasi-impossible de devenir diététicien en passant par les rares DUT car le programme de 1ère année n'est pas en lien avec la filière ST2S car commun aux options Analyses Bio et Agro-industries (d'ailleurs les sites internet de ces DUT annoncent la couleur : recrutement S et STL, donc pas ST2S) et impossible de devenir diététicien via la formation hospitalière puisqu'elle est barrée par un concours en Biologie et Physique-chimie programme S-SVT.
Si on applique les quotas, mes élèves de ST2S ne seront pas prioritaires pour le BTS diététique. Mais pour autant ils ne pourront toujours pas devenir diététicien via le DUT ou la formation hospitalière. Comment feront-ils ? A moins d'augmenter drastiquement le nombre de DUT génie bio et de changer le programme de la 1ère année de ce DUT, je ne vois comment les ST2S pourront accéder au métier de diététicien ?
On est donc bien en train de casser quelque chose qui marche bien (qui permet à des élèves de ST2S souvent issus de classes plutôt défavorisées d'accéder à la classe moyenne) par quelque chose qui marchera moins bien (les Bac Pro ASSP réussissent mal en BTS diététique).
C'est bien dommage...
Bien cordialement
Abdel

Dans cette histoire d'orientation des bac pro vers les BTS ou vers toute autre poursuite d'études on oublie juste la définition fondamentale (qui a présidé à leur création) des bac pro = bac professionnel avec débouché direct sur le marché du travail, les bacs pros étant une poursuite d'études de la filière CAP-BEP et une passerelle vers la maîtrise professionnelle destinée à élever le niveau des compétences professionnelles pour suivre l'évolution des techniques.
 
Qui va faire le travail technique sur le terrain si tous les bac pro vont en BTS puis dans la foulée en ATS et en écoles d'ingénieurs ?????
Va-t-on prendre un ingénieur comme plombier pour réparer une fuite (on le paye à quel tarif ??)...ou veut-on juste faire en sorte que seul les plus nuls des bac pro aillent sur le marché du travail ???
 
Sincères salutations
Alphonse

Bonsoir Abdel et bonsoir à tous
Tu as raison : quand je parlais de recommandations je voulais dire : pour atteindre les quotas. Nous ne sommes pas passer de 0 à 50% en une année. Effectivement maintenant il y a imposition.
Par contre sans souplesse jamais un bac pro ASSP n’aurait pu prétendre à un BTS SP3S... et dans un autre cadre jamais un ST2S n’aurait été pris en ABM... même dans nos BTS on a parfois fait la part trop belle aux S...
Pierre

Re-bonsoir,
Il y a une méconnaissance évidente de la diversité des filières en bac pro. Il existe ainsi des bacs pros bien scientifiques tels que les bacs pros:
- Procédés de la chimie, de l’eau
- Pilote de ligne de production
- Bio-Industries de transformation
- Contrôle qualité
Les quotas permettront aux meilleurs élèves d'accéder à de nombreux BTS en lien avec les BGB contrairement à ce que je lis.
Comment peut-on s’offusquer de voir nos bacheliers technologiques se faire recaler des DUT, de l’université et de certaines écoles et considérer que les bacheliers professionnels n’ont rien à faire dans certains BTS ?
 
Le bac professionnel est certes professionnalisant mais les élèves vraiment méritants doivent trouver leur place dans une poursuite d’études supérieures, tout comme nos STL sortant du lot peuvent accéder à des classes préparatoires qui leurs sont réservés.
 
J’ai déjà eu des élèves peu scolaires mais intéressés par la bio et le labo en particulier. Je pense que pour ce profil d’élèves, le lycée pro et les stages en milieu professionnel offrent l’opportunité d'acquérir des connaissances et des compétences tout en ayant un pieds dans le monde du travail, plus concret pour eux.
 
Ceux qui se raccrochent ensuite à l’école et se découvrent l’envie de poursuivre devraient avoir leur chance de devenir plus que de simples opérateurs.
 
Farida

Bonjour,
 
Ici à Thionville, en DUT GB option IAB ou GE, et ce depuis plusieurs années, les ST2S réussissent plutôt bien (une à même été major de promo il y a quelques temps). Ce n'est pas facile pour eux/elles, mais en général le DUT est obtenu. Le premier semestre est le plus difficile pour eux/elles, alors on les soutient au maximum pour leur faire franchir ce cap.
 
Pour les STL BGB, si ils réussissent aussi et plus facilement que les ST2S (logique), on constate depuis la réforme des difficultés plus grandes pour eux : pas mieux dans les approches théoriques et moins à l'aise en TP. Pour nous, pour l'instant et sur un échantillon limité, la réforme du bac STL s'avère plutôt 'négative' dans les résultats.
On a eu une bac pro qui est parvenu à décrocher son DUT en 2 ans, mais elle disait elle-même qu'elle n'avait pas arrêtée de travailler pendant 2 ans.
 
A signaler qu'en DUT on peut bénéficier d'heures de soutien/mises à niveau, qu'on propose aux étudiants (en maths pour les STL, en chimie et maths pour les ST2S par exemple).
 
Pour nous ici, le problème avec les 'quota', c'est qu'on manque de demandes de la part des STL BGB : le vivier est trop faible dans la région Lorraine.
 
Cordialement
Pascal

Bonsoir,
 
Je m'interroge sur ces déclarations un peu rapides « on constate depuis la réforme des difficultés plus grandes pour eux : pas mieux dans les approches théoriques et moins à l'aise en TP. Pour nous, pour l'instant et sur un échantillon limité, la réforme du bac STL s'avère plutôt 'négative' dans les résultats. »
Combien d'étudiants dans cet échantillon limité ? quelle comparaison avec les difficultés observées avec les étudiants issus du bac S réformé ? Quelles adaptations de l'IUT , des modes d'évaluation qui y sont pratiqués?
 
Même s'il a été initié dans plusieurs académies, il me semble qu'un gros travail est encore à faire - de chaque côté- pour améliorer nos représentations et que cela induit ce manque constaté de candidatures des élèves de STL biotechnologies en IUT (pas seulement en Lorraine). Le vivier n'est-il pas trop faible parce que les élèves, mal conseillés par leurs enseignants, s'autocensurent?
 
Nos petits flux ne permettent pas une analyse statistique rigoureuse, il faut donc faire un travail de dentelle et accompagner les parcours des élèves avec professionnalisme et ambition et leur faire confiance (mais nous savons faire ce travail qualitatif en voie technologique, c'est même notre valeur ajoutée). Ce qui a beaucoup changé ces dernières années, ce sont les passerelles évoquées dans un précédent mail : il faut s'en féliciter et se tenir informés.
 
Bon courage à tous
Claudine

Re-bonsoir à tous, bonsoir Pierre, bonsoir Farida,
 
Pour poursuivre cette discussion sur les quotas et leurs impacts sur nos filières, sur l'orientation de nos élèves.
Tout d'abord, entendons-nous bien, je ne suis pas par principe contre les quotas de Bacs Pros en BTS. Moi-même, j'ai expérimenté les 1ères cordées de la réussite entre le Bac Pro SPVL et le BTS ESF, bien avant la création du Bac Pro ASSP. Il s'agissait de donner des notions de biologie, de nutrition aux terminales Bac Pro pour leur permettre d'intégrer le BTS ESF (Sante-Social) tout en les accompagnant sur la 1ère année. De plus, étant formateur SST Secourisme, j'enseigne toujours quelques heures en Bac Pro car dans certaines filières le SST est obligatoire.
 
Néanmoins, avec des objectifs chiffrés fixés par le ministère (relire les articles dont j'ai transmis les liens), je dis qu'il n'y a pas forcément adéquation entre certains Bacs Pros et certains BTS ni davantage adéquation entre certains bacs Technos et certains DUT. Il n'y a pas adéquation tant au niveau des contenus qu'au niveau des flux (places disponibles).
 
Après, évidemment, il faut globaliser et réfléchir avec les flux et non avec des exceptions (il y en a toujours). Il ne s'agit pas non plus de faire uniquement preuve d'empathie envers les élèves issus de Bacs Pros dont on méconnaîtrait la diversité et qu'on sous-estimerait.
Mon interrogation (et ma crainte) est la suivante : étant donné que certains BTS fonctionnent bien (réussite des élèves sélectionnés et insertion professionnelle), est ce que l'imposition des quotas ne va déstabiliser ces BTS et donc s'avérer contre-productive ?
 
De la même façon, est ce que les lycéens issus de bacs Technos qui réussissaient très bien à accéder à certains métiers en passant par le BTS réussiront tout autant en passant par le DUT ?? Je ne sais pas... Je ne crois pas... Où je n'y crois pas encore... notamment si je me place du point de vue du PP de Terminale ST2S que je suis depuis longtemps.
Oui, Farida, dans plusieurs cas, il y a une bonne adéquation Bac.Pro/BTS. Par exemple, le Bac Pro Esthétique et le BTS MECP (cosmétologie), ou le BTS Hôtellerie-restauration et le Bac Pro du même nom... De même pour le Bac Pro Logistique et le BTS Métiers de la Logistique. Et dans ces certains cas, il y aussi très bonne adéquation entre le DUT et le Bac Techno (par exemple le DUT Génie Bio et les STL).
Dans ces exemples, il est facile d'arriver à 50% de Bacs Pros en BTS en faisant preuve de souplesse, de bienveillance, d'accompagnement. Idem pour l'objectif de 50% de Bacs Technos en DUT.
Malheureusement, dans beaucoup d'autres cas, ça ne semble pas possible... De toute façon, avec.
 
Oui, Farida, il y existe des Bacs Pros à dominante biotechnologie-biochimie... Je le sais... Mais enfin, ils sont très rares... D'ailleurs, pour preuve, le concours PLP Biotechno Option BGB n'est jamais ouvert !
Sincèrement, en Île-de-France, je ne vois comment les nombreux collègues en BTS ABM, BTS QIAB, BTS BioAC ou BTS Biotechnologie ou pire de DTS IMRT peuvent arriver à recruter 50% de Bacs Pros ! C'est impossible (à moins de se rabattre sur des bacs Pros à dominante biologie et à flux importants comme le Bac Pro ASSP)... Je ne pense pas me tromper...
Si des collègues concernés peuvent confirmer cela...
 
De la même façon, que puis-je dire à mes élèves de ST2S qui veulent devenir Diététicien ? N'allez pas en BTS Diététique (c'est pour les Bacs Pros) mais privilégiez le DUT Génie Bio option Diététique.... Sachant que ce DUT ne recrute des ST2S qu'au compte-gouttes ? J'ai vraiment du mal avec cela.
Je serai prêt à leur dire ça quand il y aura autant de places en DUT Génie Option Diététique que de places en BTS diététique et quand les programmes de ce DUT 1ère année auront évolué pour être en adéquation avec la filière ST2S. Je rappelle qu'il y a plus de 2 fois moins de places en DUT qu'en BTS, et pour la filière diététicien, il y a plus de 3 fois de moins places en DUT par rapport au BTS.
Donc, de mon point de vue, ce n'est qu'un exemple mais exemple vécu, ces quotas vont pénaliser mes élèves de ST2S.
 
Après au delà de cela, c'est bien beau de faire évoluer les BTS avec les quotas mais quid des concours paramédicaux ? Pourquoi certains métiers ne peuvent accessibles qu'avec des concours calibrés le Bac S-SVT ?? C'est discriminant... Ces concours ont été conçus dans les années 70 et n'ont quasiment pas évolué. D'autres concours sélectionnent avec des épreuves de culture générale et des tests psychotechniques qui indirectement favorisent les Bacs généraux. J'enseigne en IFSI (école infirmier) et il y a très peu de Bacs Technos et quasiment pas de bacs Pros... Et malheureusement, il y a vraiment de moins en moins de ST2S ces dernières années et de moins de moins d'élèves issus de classes défavorisées... Sans doute à cause des nombreuses prépas privées entre 1500 et 3000 euros ! Plus aucune Prépa publique depuis la fin des FCIL. J'aimerais donc que notre ministère et nos rectorats aient aussi un peu d'empathie pour nos élèves de ST2S qui réussissaient à accéder davantage à la classe moyenne il y a quelques années via le BTS diététique et la FCIL du concours IFSI.
 
Bon courage à tous,
Abdel

Bonjour à tous,
J'enseigne en ST2S, en BTS ABM et en prépa concours infirmier appelé PCI mais qui est toujours une FCIL. Donc je ne sais pas pourquoi tu parles de leur disparition. Par ailleurs nous ouvrons en septembre une prépa concours sociaux donc gratuite.
J'ai enseigné il y a longtemps en BTS diététique et je suis entièrement d'accord avec ton analyse pour les débouchés concernant nos élèves de ST2S. Il faudrait revoir grand nombre de concours paramédicaux pour qu'ils s'ouvrent aussi aux ST2S.
Bonne journée
Florence

Florence a écrit : «... J'ai enseigné il y a longtemps en BTS diététique et je suis entièrement d'accord avec ton analyse pour les débouchés concernant nos élèves de ST2S. Il faudrait revoir grand nombre de concours paramédicaux pour qu'ils s'ouvrent aussi aux ST2S. ..»
Oui, avec ces quotas, il faudra bien faire évoluer les choses (tant du point de vue du contenu que des flux/places) pour faire en sorte pour que l'accession des ST2S au DUT Génie Bio option Diététique soit équivalente à l'actuelle accession des ST2S au BTS. Grosso modo, en regardant dans APB et les sites internet, il faudrait qu'il y ait 25% de ST2S dans le DUT GB option Diététique.. Sinon, les ST2S verraient le métier de Diététicien leur devenir moins accessible...
Florence a écrit : « ..J'enseigne en ST2S, en BTS ABM et en prépa concours infirmier appelé PCI mais qui est toujours une FCIL. Donc je ne sais pas pourquoi tu parles de leur disparition. Par ailleurs nous ouvrons en septembre une prépa concours sociaux donc gratuite... »
Pour les FCIL des concours paramédicaux en lycée, en île de France, il n'y en a aucune. Il y en avait une dans mon lycée et plusieurs en région parisienne. Mais, en même temps que la réforme du bac ST2S, à partir de 2009, elles ont disparu progressivement. En lieu et place, nous avons obtenu des heures fléchées dans les DHG pour préparer les élèves aux concours paramédicaux en fil rouge sur les années de 1ère et de Terminale.... Mais ces heures ont aussi fini par disparaître aussi... sauf dans l'académie de Versailles...
 
Vous avez bien de la chance d'avoir encore des FCIL à Lille ou ailleurs. Dans les brochures Onisep des métiers de Santé, la dernière FCIL publique et gratuite en île de France était celle du Lycée René Auffray qui a été fermée en 2013. Depuis, il n'y en a pas. Il ne reste que les prépas payantes.
 
C'est quand même bizarre ces politiques académiques à géométrie variable : des FCIL dans l'académie de Lille ; 3h fléchées dans les DHG dans l'académie de Versailles ; rien pour les académies de Creteil et Paris... Ce sont pourtant les mêmes élèves, les mêmes profils !?
Cordialement,
Abdel

Connexion

Contacts

  • UPBM
    Lycée "La Martinière"
    Avenue Andréi Sakharov
    69338 LYON Cedex 09

Liens directs


© UPBM 2019
Site motorisé par Joomla! .